AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 


 

 L'ENFER MOBILE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
║ Who are you ?║ What do you think about it ?
avatar
« Kaname Hyo | Heartbreaker »

Tokyoïte ;

    Masculin
    ● Messages : 141

MessageSujet: L'ENFER MOBILE   Ven 19 Nov - 0:45

Le garagiste avait été claire... Il ne pouvait plus rouler avec un tel engin! Mais cette voiture, vieille et abîmée, qui faisait un bruit de tous les diables, Hyo l'aimait... Elle avait été la toute première qu'il avait eu de sa vie, il se l'était payé avec son tout premier job, quand il avait fait ce stage de... photocopieur dans un cabinet d'avocat. Il avait appelé ça comme ça parce qu'il avait passé le plus clair de son temps à faire des photocopies et à servir le thé... Parce qu'on estimait qu'un lycéen ne pouvait faire que ça, d'autant plus un lycéen muet... Alors, même si elle était vieille et pourrie sa Honda, il l'aimait et aurait aimé la garder. Mais après une énième panne qui aurait pu le mener à un accident plus grave, il fallait qu'il se rende à l'évidence... La Honda n'était plus bonne que pour la casse, maintenant!
En attendant d'en racheter une, ce que, pour le moment, il se refusait à faire, Hyo n'avait plus qu'un seul choix s'imposant à lui: le métro. Bien entendu, il aurait voulu prendre sa moto, mais sa manager lui interdisait... Les accidents, ça arrive vite. Pour aller à ses essayages, il avait déjà du prendre le métro et le voyage s'était relativement bien passé. Sa musique dans les oreilles, il n'avait pas fait attention à qui que ce soit. Et puis, ce n'était pas une heure de pointe, alors il n'y avait pas eu tant de monde que ça. Mais voilà que là, pour le retour, le quai était bondé! Pour arranger les choses, son ipod n'avait plus de batterie et on annonçait un retard sur sa ligne d'une dizaine de minutes. A cet instant, il le savait, il aurait du prendre un taxi!
Casquette sur la tête et lunette de soleil sur les yeux, pour ne pas qu'on le reconnaisse, Hyo se mélangea à la foule, attendant devant le quai que son métro digne enfin pointer le bout de son... nez? Autour de lui, il n'y avait que des filles. Les japonais étant plus petits que les coréens, il les dépassaient presque tous d'une tête et il avait un peu plus de mal qu'à l'aller pour passer inaperçu. Tant bien que mal, il tentait de faire comme si tout allait bien, comme s'il ne sentait aucun regard sur lui. Ce n'était pas difficile, il faisait ça presque tous les jours avec le boulot. Baissant la tête, il se mit à fixer les rails, sans penser à quoi que ce soit de précis... Sans penser à elle. Il avait fait un trait sur ce passé, il se refusait de penser à Kumiko.
Une des filles à côté de lui se mit à fouiller frénétiquement dans son sac, à la recherche d'un portable qui sonnait bruyamment. Une musique stridente et aigue comme les aime les filles, ici. Du coin de l'oeil, il regarda discrètement le téléphone... couvert de straps! Ca devait être au moins plus lourd que le téléphone!
Ca, c'était une des choses que Hyo ne supportait pas. Celles qui passent leur temps à glousser devant leur mobile. Bien entendu, au départ, il se dit que c'était juste un appel. Ca pouvait arriver... Mais le coup de fil ne dura pas, parce que sa voisine devait soi-disant répondre à des textos très importants. Là, il comprit que ce n'était pas juste un appel. Pendant que les messages pleuvait, il essaya de se contenir. Avec tout le monde qu'il y avait à cette station de métro, ce n'était pas le moment de péter un plomb... Mais cette musique stridente qui résonnait à chaque fois, ces bruits de touches sur lesquels on appuie à toute vitesse, ces rires qu'il trouvait idiot... C'était vraiment très dur de se retenir. Et ce métro qui n'en finissait pas d'être reporté... C'était une fin de journée, il voulait simplement rentrer tranquillement chez lui après d'interminables essayages et non... Il ne pouvait pas parce que cette fille gloussait au téléphone et l'irritait à pianoter dessus. Pas de chance, il détestait par-dessus tout ces bruits et ce genre de personne.
Alors, tant pis pour le monde... Il n'arriva pas à se retenir. A la grande surprise de sa voisine de quai, quand une nouvelle sonnerie de texto résonna, ne se contrôlant plus, il attrapa le téléphone et le jeta d'un geste brusque sur les rails. Comme ça, au moins, débarrassé!


Dernière édition par Kaname Hyo | Heartbreaker le Sam 20 Nov - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Kim Jae Son | Jun »

Cliente ;

    Féminin
    ● Messages : 435

MessageSujet: Re: L'ENFER MOBILE   Sam 20 Nov - 21:12

Tidididi. Tidididi. Huhu~ Il allait être temps que Jun pense à changer cette fichue sonnerie. Mais le petit souci, c'est qu'elle avait oublié comment faire. Oui, les poissons rouges, aussi geeks soient-ils, oublient aussi comment changer une sonnerie de téléphone. Alors celle-ci, qu'elle avait choisi lors d'une soirée de débauche au Shin'Ya, elle était obligée de vivre avec depuis bientôt trois semaines. Comme avec ces sms incessants. Jun avait toujours aimé la technologie, mais si elle préférait de loin les ordinateurs, son portable était tout de même une accessoire des plus utiles. Sauf quand il prenait un malin plaisir à se planquer au fin fond de son sac à main. Et si le bordel d'un sac de fille c'est quelque chose, le bordel du sac de Jun c'est mille fois pire. Difficile à croire n'est-ce pas? & pourtant...

Cherchant, farfouillant, déplaçant bon nombre d'objets incongrus et inutiles au fond de ce sac trop grand, Jun réussi finalement à mettre la main sur ce fichu téléphone. Qu'il serait temps de changer, pensa-t-elle, légèrement dépitée devant son aspect un brin... Surchargé. Oui, elle était étudiante, oui, c'était la mode, oui, il fut un temps elle trouva ça mignon, «kawaii»... Maintenant qu'elle était designer, il serait peut-être temps d'en racheter un qui fasse un peu plus professionnel, un peu moins gamine... Parce que bon, les straps Hello Kitty, c'était assez moyen quoi... Mais en attendant, ce n'était pas le contenant qui l'intéressait mais bien le contenu o/

Jun aurait-elle enfin trouvé le grand amour? Heu nan. Ça c'est dans les contes de fée... Après deux énormes désillusions, elle avait pris le parti de se laisser vivre, de se consacrer à son travail, comme beaucoup d'autres dans cette ville, en attendant de voir de quoi le lendemain sera fait. Et son lendemain était une femme, qu'elle avait rencontré au Shin'Ya, une cliente comme elle. & comme notre jolie et jeune graphiste, elle se complaisait à observer ce jeu de séduction. Critiques acerbes et adeptes du bon mot, elles étaient vite devenues «amies». Oui, ne se connaissant que sous leur pseudos, leur relation ne dépassait pas les portes du Host Club et ces quelques messages qu'elles s'envoyaient à longueur de journée. Quelques... Longueurs de journée... Comment ça, ça ne vous a pas choqué? La brunette ne s'en rendait pas compte, mais depuis bien cinq minutes elle pianotait à toutes vitesses sur son clavier. Après tout, dans le vacarme ambiant de cette station de métro, un cliquetis de plus ou de moins ça n'allait gêner personne. En plus, il y avait du retard sur la voie, autant occuper son temps (in)utilement. Et puis, après une journée de travail harassante, quoi de mieux que de prévoir sa soirée?

Tellement accaparée par la rédaction rapide de réponses à des messages non moins rapides, elle ne pensa pas une seconde que cela pouvait déranger quiconque dans un périmètre de moins d'un mètre. & pourtant... Ce n'était pas son habitude que de se faire prendre à partie. Généralement les gens préféraient la laisser dans son monde. Elle n'était pas d'approche aisée... Car lorsqu'elle avait à prendre les transports en commun, elle mettait bien vite ses écouteurs dans les oreilles et mettait la musique à fond. Ainsi, sur sa bande-son idéale, défilait les gens et les actions et passait moins lentement le temps. Dodelinant de la tête et mimant les paroles des chansons, on préférait se moquer doucement d'elle que d'aller lui dire qu'elle paraissait ridicule. Et puis le ridicule ne tue, elle rembarrait ainsi gentiment toute personne qui malgré tout avait le culot de l'interrompre pendant ce petit rituel quotidien. Et quand elle n'écoutait pas la musique mais que, comme en ce moment, elle riait de ce rire si particulier & si débile, qu'on préférait encore se moquer d'elle, un sourire narquois au coin des lèvres. Mais Jun n'y pouvait rien si elle riait de cette manière en lisant un SMS (il s'agissait d'ailleurs du même rire quand elle lisait ou était devant son ordinateur). Entre le mouton et le phoque... C'était, ma foi, bien particulier.

Toujours est-il qu'à chaque sms reçu, s'en suivait sonnerie stridente, gloussement ridicule puis petits bip-bip-bip incessants. De quoi en énerver plus d'un. Mais quitte à se faire enguirlander pour troubles à l'ordre public -ce qui aurait été un peu fort de café-, elle ne s'attendait pas à se faire ainsi «agresser». Car en l'espace de quelques dixièmes de seconde et avant qu'elle n'ait pu réagir et esquisser le moindre mouvement ou semblant de contestation, son pauvre téléphone découvrit les joies d'un vol direct sur... Les rails du métro. Qui venait d'entrer en gare.

Bousculade, flot de population désireuse de rentrer chez elle, Jun fût entrainée malgré elle à l'intérieur du wagon, se retrouvant collée à son «agresseur»! Ah nan mais nan quoi! Déjà qu'elle avait pas pu lire son message, la rame était bondée et y'en avait un qui semblait en aucun perturbé par son acte inconsidéré. La graphiste n'avait alors qu'une idée en tête : lui balancer un coup de pied bien placé. De une, pour se venger, de deux pour lui piquer son porte-monnaie et aller se payer un nouveau téléphone. Nan mais! On ne s'attaque pas à Jun comme ça quoi èé Relevant le nez, essayant vainement de se décoller de lui, elle se retenait de lui balancer son poing dans les côtes. Nan mais c'était qui ce type pour oser faire un truc pareil?! Il se trouvait malin avec ses lunettes de soleil & sa casquette? Raaaah, ne pas le frapper, ne pas le frapper. D'Europe, Jun était revenue avec un caractère un brin colérique. Il ne fallait pas grand chose pour la mettre en rogne, mais pour la mettre dans cette état, il ne fallait pas y aller du dos de la main morte. Non, non, j'exagère à peine. Il l'avait vraiment mise hors d'elle. Encore si elle avait pu lire ce fichu message, eh bien tant pis, elle aurait pris sa carte et ce serait fait rembourser par son assurance. Mais elle voulait juste lire ce fichu message! Le fixant intensément, essayant de trouver une lueur de regret dans ses yeux malgré les verres fumés, elle se trouvait face à un mur.

« Dis donc, ça vous prend souvent d'envoyer balader les téléphones des gens? Vous savez qu'un simple petit mot pour me dire de faire moins de bruit aurait amplement suffi? Vous allez pas vous en tirer comme ça, vous êtes quitte pour m'en racheter un. Je ne rigole pas! Sinon, je me fâche tout rouge et je vais voir la police à la prochaine station. Et même si vous refusez de m'y suivre, je vous y tire par l'oreille ou tout autre endroit bien plus sensible! »

Il allait pas s'en tirer comme ça lui! Parole de Jun!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
« Kaname Hyo | Heartbreaker »

Tokyoïte ;

    Masculin
    ● Messages : 141

MessageSujet: Re: L'ENFER MOBILE   Dim 5 Déc - 20:38

Ca avait été une impulsion, comme souvent avec Hyo... Vraiment, il n'avait aspiré qu'à la tranquilité. Cette musique stridente insupportables et ces rires... Les rires étaient presque pire que la musique. Alors voilà, tant pis s'il y avait du monde et tant pis si ce portable était un bijoux de technologie affreusement cher... De toutes façons, ce n'était pas un acte réfléchis. Il saisit le portable de sa voisine de quai et le jeta sur les rails. S'il avait pu parler, il lui aurait demandé de la mettre en sourdine, mais il ne le pouvait pas. Ce geste-là, c'était le seul qu'il pouvait faire.
Et c'est à ce moment-là que le métro arriva enfin... écrasant le portable au passage. Et bien tant pis. Ce n'est pas non plus indispensable. Lui s'en passait bien et il vivait parfaitement. Et puis ce n'était pas comme si sa voisine avait un coup de fil vital question de vie ou de mort à passer. C'était juste des idioties! Il était peut-être muet, mais pas encore sourd.
Les passagers qui s'étaient amassés sur le quai étaient à présent très nombreux et quand ils grimpèrent par vague dans la rame, il était impossible pour Hyo de reculer. Après tout, il avait attendu ce métro tout ce temps, ce n'était pas pour attendre le prochain, tout ça parce que la propriétaire irritante du téléphone se retrouvait avec lui. Coincée. Car vu le monde qu'il y avait, ils se retrouvèrent très vite serrés comme des sardines quand le métro démarra, et comme par hasard, il avait fallut qu'elle doit collée à lui.
Discrètement, il baissa les yeux pour observer la jeune femme, à l'abri derrière ses lunettes de soleil. Elle était plus grande que les autres filles autour... Sûrement n'était-elle pas japonaise, elle n'en avait pas le visage. Mignonne... mais avec un caractère de cochon. Elle était visiblement très énervée et semblait à tout moment prête à lui sauter dessus. Secrètement, il en était amusé. Mais bien entendu, il n'afficha rien, sauf son flegme légendaire de Heartbreaker... Ce fut un peu plus difficile quand elle se mit à le fixer avec insistance. Elle avait l'air furax. Une vraie terreur en jupon...

"Dis donc, ça vous prend souvent d'envoyer balader les téléphones des gens? Vous savez qu'un simple petit mot pour me dire de faire moins de bruit aurait amplement suffi? Vous allez pas vous en tirer comme ça, vous êtes quitte pour m'en racheter un. Je ne rigole pas! Sinon, je me fâche tout rouge et je vais voir la police à la prochaine station. Et même si vous refusez de m'y suivre, je vous y tire par l'oreille ou tout autre endroit bien plus sensible!"

Eh ben, ça, c'était un flux de parole comme il n'en avait rarement entendu! Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas entendu quelqu'un prononcer autant de mots d'un seul coup. Sans qu'il puisse se retenir, il esquissa un sourire. C'était mignon et agaçant à la fois cette façon de s'adresser à lui... Un simple petit mot pour lui dire de faire moins de bruit... C'était justement là que ça coinçait, il ne pouvait pas même prononcer un simple petit mot, à peine des gémissements pour faire comprendre un malaise. Comme il put au milieu de cette rame bondé, il tapota le haut de sa tête avec son sourire... et, en langages des signes lui dit:

"Je l'aurais fait volontiers si je pouvais parler..."

En espérant qu'elle comprenne... Ce qui l'étonnerait pas mal, à vrai dire. Il avait vraiment trouvé peu de gens capables de le comprendre. En plus, ici, impossible d'écrire quoi que ce soit sur son calepin. La jeune demoiselle en colère allait devoir se contenter de ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: L'ENFER MOBILE   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ENFER MOBILE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shin'Ya - Host Boy Club • Like the Begining :: Tokyo City :: ▌Autres Lieux-